· 

Publicité

Les cours de comédie pris dans ma jeunesse ainsi que les castings où je suis souvent allé me présenter - pour des petits rôles au ciné ou des pubs- se résument à quelques tournages obtenus. J'ai levé le pied par la suite car la radio et l'écriture m'empêchaient de courir les essais dans tout Paris.

 

Ainsi, j'ai décroché des rôles principaux pour : Biactol (réalisée dans les années 80 par Pascal Thomas), pour Total Gaz, pour  Fenwick , mais aussi le rôle de l'amant d'une chanteuse lors de son retour dans le Top 50 (clip "Tout est pardonné" avec Marie Myriam) .

Alors que je tenais à devenir comédien (sans savoir que la radio, la presse, et des chroniques télé prendraient le dessus)  la recherche d'un agent de casting  était important à mes débuts. Ainsi, j'ai eu l'honneur d'être reçu par la plus grande  directrice du moment: Margot Capelier.

 

J'ai pu échanger ce jour-là avec Lino Ventura  LA star du cinéma. Une rencontre anecdotique que je vous résume ici :

 

J'attendais debout dans l'appartement ou il y avait le bureau, n'osant m'assoir sur le canapé déjà occupé par deux jeunes comédiens.

 

Debout donc, un peu raide,  juste à côté de la porte d'entrée  qui donnait sur l'extérieur de cet appartement parisien. Angoissé, car la dame avait la réputation d'être une peau de vache... Stressé, mal à l'aise, tout pour rater mon entretien !

 

Tout à coup, la porte du palier s'ouvre brutalement :  "Paf " , " Aïe", "Ouïe" !!!

 

Je reçois en pleine épaule le choc de cette porte et ressens une douleur dingue. Qui je vois : Lino Ventura. Confus, étonné sans doute qu'une personne se soit trouvée là  juste derrière. C'est vrai que c'est nul de se coller à une porte  !

Je deviens rouge, je bredouille, car l'acteur si imposant me parle. Il me demande de l'excuser. Je dis c'est rien!!! Il insiste pour savoir si j'ai mal, et je réponds que non. Tu parles !  Il s'inquiète et semble bienveillant.  Plus il prend du temps pour discuter encore, plus je suis mal à l'aise, intimidé.

 

Ce jour là, j'ai perdu mes moyens. Je n'ai pu convaincre Margot Capelier de mes capacités à jouer, improviser, etc.

 

Bref, je n'ai pas décroché de contrat  mais un superbe bleu à l'épaule en souvenirs d'un des meilleurs comédiens du cinéma du 20ème siècle. C'est mieux qu'un simple autographe non ? 


Écrire commentaire

Commentaires: 0